Nathalie Sedou

Membre de la commission de la Culture, du Sport, du Tourisme, des Relations Internationales et de la
coopération décentralisée

Pour quelles raisons as-tu décidé de t’engager en politique ?

Comme beaucoup, parce que je me sens concernée par l’état du monde, pour agir contre les injustices, par solidarité avec les jeunes générations : il y a de quoi s’inquiéter pour leur avenir. Je me suis rendue compte qu’il ne fallait pas compter sur les responsables en place qui n’ont pas pris la mesure de la gravité des enjeux climatiques et écologiques.

Être élue ça change quoi ?

Il y a des gens qui nous ont donné leur voix, qui nous font confiance. Ça nous donne une légitimité supplémentaire sur le terrain et une responsabilité. Etre élue d’opposition à Lille ça veut dire scruter l’action de
la majorité, les pousser à aller le plus loin possible, quand le courage politique leur fait défaut, et parce que leur logiciel est souvent daté.

Ton chantier prioritaire à Lille ?

La démocratie. On ne peut pas se satisfaire des taux de participation aux dernières élections. L’enjeu climatique exige un tel niveau d’efforts et de décision que ça nécessite d’en débattre, une connaissance profonde et partagée du diagnostic, de véritables délibérations collectives. C’est ce qui doit être fait pour Saint Sauveur par exemple.

Au Conseil municipal