Maroin Al Dandachi rappelle notre opposition à l’armement de la police municipale

Madame Le Maire, mesdames et messieurs, mes chèr.es collègues,

Au nom du groupe Lille Verte, je salue le travail de la police municipale qui œuvre au quotidien pour assurer la tranquillité et la sécurité de la population de notre Ville.

Après le réarmement démographique, En Marche nous propose le réarmement de la police municipale à l’aide de tasers.

Confier à la police municipale la mission de « lutter contre la délinquance » est un demi-mensonge, puisqu’en dehors d’un réel cadre légal.

La sécurité est un droit que l’État ne garantit pas toujours de manière égalitaire. Notre position est constante : nous refusons l’armement de la police municipale.

Ce soir, vous nous parler des tasers sous prétexte qu’ils seraient non-létaux. Selon Amnesty International, 351 personnes sont mortes entre 2001 et 2008 après avoir reçu une décharge de Taser aux Etats-Unis.

Le Taser est une arme de 4ème catégorie au même titre que le fusil à pompe. Il est classé par le règlement européen comme une arme susceptible d’infliger la torture. Le Comité de l’ONU contre la torture précise que l’utilisation de ce type de pistolet « peut provoquer la mort ».

Mettez-vous à la place de nos agent.es : Comment voulez-vous que la police municipale sache si une personne serait cardiaque ou pas pour utiliser son taser ?

Alors plutôt qu’un armement de la police municipale, il est au contraire impératif que, dans les territoires confrontés à des difficultés comme le nôtre, les effectifs de la police nationale soient à la hauteur des enjeux, selon le principe d’égalité face au service public.

La police nationale est en sous-effectif à Lille. Et par ce vœu ce que vous proposez ce soir est de remplacer les manquements de l’État en termes de sécurité.

Dans l’intérêt des lilloises et des lillois, plutôt que de vouloir armer la police municipale, relayer le message à votre camarade le ministre de l’intérieur concernant la sous dotation en police nationale pour notre ville.

Nous voterons bien entendu contre ce vœu, je vous remercie pour votre écoute.