Maël Guiziou évoque nos inquiétudes vis-à-vis des conditions de travail des agentes et agents de la Ville

Madame le Maire,

La délibération soumise au vote ouvre la possibilité de recruter un ou une contractuelle sur 45 postes permanents en cas d’absence de candidature titulaire adaptée. Je suis déjà intervenu cette année sur cette délibération récurrente pour dire nos doutes concernant les décisions de ressources humaines prises par la Ville, et la gestion des emplois et des compétences des agents, doutes qui pouvaient expliquer selon nous les difficultés de recrutement de la Ville de Lille.

Dans le ROB, on peut lire que le nombre d’agents a diminué en 2023, alors que les effectifs étaient censés augmenter avec l’embauche de nouveaux policiers municipaux. Nous savons bien sûr que les difficultés de recrutement s’appliquent à l’ensemble de la fonction publique territoriale. Mais avec ces décisions contestées concernant la mise en place du télétravail, la mise en place stricte de la loi sur les 1607 heures, ou plus largement l’autonomie dans le travail laissée aux agents dont j’avais parlé lors de ma dernière intervention, et les conditions de travail dégradées dont font état plusieurs syndicats dans des tracts récents qui circulent dans la mairie, peut-être que la Ville ajoute des difficultés aux difficultés…

Les syndicats font état de recrutements qui tardent dans les services sans qu’une réorganisation soit faite, ce qui signifie plus de travail pour les agents en poste, sans plus de moyens. Des récentes alertes concernant le bien-être et la santé au travail des agents doivent nous préoccuper collectivement.

Dans ces conditions, permettez-nous de douter de votre capacité à passer de 4383 postes permanents en 2023 à 4429 en 2024.

Nous nous réjouissons toutefois pour les agentes et agents de l’instauration de la prime pouvoir d’achat. C’est la preuve que la Ville peut mobiliser des moyens importants quand la situation le requière. Pour compléter cette prime, laissez-moi pour reprendre la proposition qu’a présentée Stéphane Baly tout à l’heure lors du débat sur le ROB : l’instauration d’une prime télétravail. Nous vous prions de bien vouloir étudier cette proposition qui a elle seule ne peut évidemment pas résoudre les difficultés structurelles de recrutement de notre Ville, mais qui enverrait un signal favorable en faveur des agentes et agents qui sont largement favorables à ces nouvelles méthodes de travail et qui va dans le sens d’une plus grande autonomie au travail.

Je vous remercie pour votre attention.