Faustine Balmelle relaie la proposition de Volt d’un guichet d’accueil européen et international à l’Hôtel de Ville

Madame La Maire,
Cher.e.s collègues,

Vous nous proposez ce soir d’intégrer la Ville de Lille au Label Ville Européenne, via la signature d’une convention avec les associations des Jeunes Européens France, Le Mouvement Européen et l’Union des Fédéralistes Européens.

Ce geste s’inscrit dans une réflexion globale sur la stratégie européenne de la Ville, dont nous suivrons l’élaboration avec grand intérêt. Car le soutien de notre groupe à cette proposition et aux ambitions qu’elle porte est une évidence.

Une évidence quand on sait que la construction européenne permet chaque jour aux Lilloises et Lillois d’aller étudier, travailler dans une autre ville européenne. Et à Lille d’accueillir de nombreux concitoyens venus de toute l’Europe.

La semaine des langues vivantes qui s’achève aujourd’hui en témoigne : l’apprentissage des langues, évoquées dans la délibération, constitue une dimension essentielle et de justice sociale. Anglais, allemand, néerlandais, espagnol, italien, polonais, russe, ukrainien… Outre le français, sept langues officielles différentes sont parlées dans les villes européennes jumelées avec Lille.

Il serait intéressant de repérer dans les actions recensées par la ville lesquelles favorisent cette diversité linguistique. On a vu avec l’actualité de la crèche polyglotte à Wazemmes qu’il n’est jamais trop tôt pour apprendre une langue étrangère.

C’est aussi une évidence à l’heure où certains et certaines n’hésitent pas à contester l’union des peuples européens au profit d’un nationalisme décomplexé et dangereux. Oubliant au passage les liens qui se sont tissés décennie après décennie, et le travail monumental qui a été fait par nos villes et leurs habitants pour renforcer ces liens.

Une évidence quand au moment même où l’on parle, l’Europe est attaquée dans ses principes fondateurs : la paix, la solidarité, la démocratie et le respect des droits humains. Des valeurs qui doivent continuer à être défendues partout dans nos villes.

Parce que nous vivons dans une métropole résolument européenne – à l’entrée de l’Europe du Nord – nous souhaitons ce soir rappeler une proposition du mouvement européen citoyen Volt. Une proposition déposée dans le cadre de la troisième édition du budget participatif. Si nous sommes conscients qu’elle ne pouvait être éligible au budget participatif, ça n’en reste pas moins une suggestion intéressante, en phase avec le sens de l’accueil qui définit si bien notre ville.

Volt a proposé la mise en place d’un guichet européen et international au sein de l’Hôtel de Ville, qui viserait à accueillir ces nouveaux arrivants. L’objectif est de les aiguiller dans leurs démarches pour ouvrir un compte bancaire par exemple, accéder à la sécurité sociale, s’inscrire sur les listes électorales, ou encore pour scolariser leurs enfants. Car si les traités européens ont permis une certaine harmonisation, elle n’est pas totale ni toujours compréhensible, surtout au niveau administratif. Un lieu d’accueil avec du personnel maîtrisant les langues étrangères serait un plus. A ce titre, nous saluons le travail réalisé pour recenser les langues parlées par les agents de la ville.

Pour certains et certaines, l’Union Européenne peut parfois paraître floue, lointaine et seulement constituée de ses institutions et des bureaucrates qui les composent. Mais c’est faux. L’Europe est partout, dans notre culture, notre histoire, nos traditions : mais aussi et surtout dans nos villes. Là où se côtoient chaque jour des populations de tous les horizons. Un ciel à douze étoiles sous lequel Lille se doit d’exister.

Je vous remercie.